Chavagné aux 17ème et 18ème siècles

Mémoire statistique de l’élection de Saint Maixent, dressé en 1698, par Samuel Levesque, licencié es-lois et complété par les rapports des receveurs des tailles, Antoine et Jean Garran, de 1728 à 1799, publié par Alfred Richard, Archiviste de la Vienne


Recopie texte original

CHAVAGNÉ.


Le patron de la paroisse de Chavagné est saint Saturnin , et a onze hameaux ou villages :

Rufligny, Villeneuve

Tersauve, Baugouin


La cure a droit de fief dans le bourg, et vaut sept cens livres, tenue par le sr Boudet.


Il y a un prieuré à simple tonsure au village de Ruffigny, de huit cens livres, tenu par le sr Nouy, sous l'invocation de saint Martin.


Une chapelle appellée les Mentroles, de quatre cens livres, contestée entre Michel Boudet, de Chavagné et Christophe Augier, de Niort, le service de laquelle se fait en ledit prieuré de Saint-Martin.


Il se recueille toute sorte de bleds, quelques fourages, peu de vins, beaucoup de noyers et peu d'autres fruits naturels.


Le commerce consiste en la vente des bleds et de quelques bestiaux.


Il y a la châtelenie de Baugouin, de trois mille livres de rente, qui appartient à M. le duc de Mazarin, où on tient plaids ordinaire tous les quinze jours, et il y a un château fort ancien.


Le fief de l'Epinay, de deux mille livres de revenu, appartenant au sr Frotier, chevalier, seigneur de la Messelière, demeurant à Poitiers.


Le fief de Ruffigny, de quinze cens livres, à la dame Hilaret, veuve du sr Audefais, écuyer, sr de Souché, et fait sa demeure en sa dite maison de Ruffigny.


Il y a quatre foires au dit Baugouin, peu considérables, où il ne se vend que des pourceaux et brebis; les droits peuvent valoir à M. le duc de Mazarin quarante livres.


Dix huguenots sont sortis du royaume et il y a six cens nouveaux convertis, desquels quatre-vingt-dix font leur devoir.


Il y a une famille noble, sçavoir : la dame Hilaret, veuve du sr Audefais, écuyer, sr de Souché;


Deux bourgeois : Gilles Boudet, sr de Villiers; Jacques Cochon, sr de la Tour;

Deux notaires : Charles Panou, Saule

Un sergent subalterne

Deux greffiers des rolles des tailles : René Frère, sr de Vairé

Un chirurgien : Michel Boudet, sr de Bellebat.


Il y a aussy deux gardes étalons, deux cabaretiers, trois meuniers, quarante-cinq laboureurs, dix-sept artisans, quarante-cinq journaliers, soixante-cinq domestiques, cent soixante feux, cent cinquante hommes et sept cens dix-sept âmes.


L'imposition de la taille est de 1570 livres, quatre collecteurs et deux sindics.


Document fourni paru M. Moreau (Internaute)


Mémoire 1698 Brelou – Saint-Carlais



retour Histoire - retour Bourg/Villages - retour Patrimoine - Sommaire général