BRELOUX et son Eglise

Breloux et sa place

En 1068, est fondée par le comte de Poitou l'abbaye de Nieul sur l'Autize dans l'actuel département de Vendée. C'était une abbaye d'oblats de Saint Augustin.
Vers 1150, est fondé un prieuré de cette abbaye en un lieu appelé Brelou. Ce prieuré fructifia au point de devenir un bénéfice fort important et prisé.
Entre 1558 et 1564, l'abbé de Nieul, Pierre Fichet, portait le titre de prieur de Brelou, se réservant ainsi les bénéfices. Les oblats en résidence à Brelou assuraient les charges des curés de la paroisse de Brelou et de celle de Saint-Carlais. le siège de la paroisse est alors transféré à Boisragon.

En 1568, l'ensemble des bâtiments est ruiné par les protestants (troupes et habitants réunis).

En 1665, le nouveau prieur, Pierre Régnault, lance la restauration de l'église. Elle ne nous est connue que par l'expertise qui en est alors faite.
Une nef unique d'environ 36 mètres de long sur 9 mètres de large de 5 travées de voûtes Plantagenêt avec un grand vitrail plat au chevet et 3 petites baies au sud. Le clocher est en hors d'œuvre côté nord au niveau de la 3ème travée.
Il semble qu'elle ait été bien restaurée et dotée d'un retable (occultant le grand vitrail) et les fenêtres latérales agrandies. Le bâtiment du prieuré qui s'y trouvait accolé au côté sud-est, ne sera pas reconstruit et aménagé dans les bâtiments qui seront rebâtis en partie par l'abbé Couturier vers 1755. Ces bâtiments existent toujours.

Saisi comme Bien National à la Révolution, l'ensemble sera vendu en plusieurs parcelles. L'église sera vendue à 2 propriétaires. La nef, soit 3 travées, à un curé défroqué qui la jettera totalement à bas. L'autre partie est vendue à Pierre Charles (dit Abraham) qui transformera en stalle et grange les 2 travées du chœur.

En 1950, des pans des murs sud et est subsistaient encore. Ils feront place à un garage moderne.

coeur Breloux vu du ciel

A cette même époque, le clocher sera démoli par la municipalité sous prétexte des dangers encourus par son mauvais état.

Eglise Breloux 2005 (images)





------------

Extraits fonds Hipault, manuscrit original Abbé Dour, curé de Breloux

Breloux était (...) un des plus importants prieuré du diocèse de Poitiers et jusqu'en 1790 ( il ) fut appelé "le petit évêché" de ce diocèse.
Les dîmes et les terrages rapportaient au titulaire de ce bénéfice, douze mille francs de revenu, somme immense pour ce temps-là.


Patron de l'église :
St Pierre es Liens. Huit jours durant, la table était ouverte à la cure. Y étaient admis tous les gentilshommes de la contrée et les notables chasseurs du pays qui fournissaient le gibier composant la principale chère.


La Révolution : ... un district se forme à Ste Néomaye. Une tribune manque à l'assemblée; on y porte la chaire à prêcher de Breloux. Elle sert aux motions les plus sanglantes des orateurs en habit de bure les plus incohérents.
Et plus tard, quand les temps s'adoucirent, le protestant qui, en achetant l'église, s'était emparé de tout ce qu'elle contenait, la vendit comme meuble inutile à son usage pour la somme de 120 francs. Elle est actuellement dans l'église de Ste Néomaye, rendue à son premier usage.


Il n'y eut point de curé constitutionnel à Breloux. La paroisse resta veuve jusqu'en 1805 ou 1807, époque à laquelle on improvisa une chapelle-église dans une salle et une portion des servitudes de la cure..... Ce furent encore MM. de Savatte, Bonneau et Bardonnet qui créèrent tout et amenèrent les choses à si heureuse fin qu'un curé leur fut envoyé sur la demande qu'ils en avaient faites.

 Images de Breloux

retour Bourg/Villages - Sommaire général

 

 

 

La petite place près de l’église était le cœur du bourg de Breloux

(extrait circuit de découverte Bourg - Breloux - texte Cl. Noailles - 2003 )

Côté sud s’élèvent les restes du prieuré des chanoines Augustins, dépendant de l’abbaye de Nieul sur l’Autize.

Ravagé en 1558 par les protestants, il n’en reste guère que le portail d’accès. Les bâtiments d’habitation ont été restaurés au début du XVIIIème siècle
arche eglise breloux 1950

A la droite du portail, à l’emplacement du garage moderne, s’élevait l’église du prieuré de type angevin du XIIIème siècle. Ses ruines ont été restaurées en 1665. Vendue Bien national à la Révolution, elle sera en grande partie abattue en 1792. Les derniers restes du chœur ont disparu vers 1950.
Breloux vu du ciel 1950

La nouvelle église paroissiale, à gauche, a été édifiée en 1818 pour le clocher et en 1849/51 pour la nef.

La maison à l’ouest est construite sur le premier cimetière de Breloux.

Au nord de la place : l’ancienne métairie du prieuré. Vendue comme Bien National, elle fut acquise partie par Pierre Charles et partie par Jacques Appercé, boulanger à La Crèche.

retour haut de page - retour Bourg/Villages - Sommaire général