EGLISE NOTRE DAME des NEIGES de la CRECHE


CARACTERISTIQUES ARCHITECTURALES :

Etablie sur un plan en croix latine, l’église de La Crèche répondait à toutes les exigences de la liturgie de l’époque.

L’ensemble de l’église est voûté d’ogives s’inspirant du système Plantagenêt pour les supports constitués de piliers engagés avec colonnes appliquées, les piliers soutiennent en partie haute les arcs de décharge. Cet ensemble est en pierre de taille mais je ne saurais affirmer la nature des voûtains, pierres ou briques ?. La décoration des supports et des arcs est traitée façon XIVème siècle. L’ensemble est très équilibré et harmonieux. Au droit de chaque travée sur les façades sont de grandes fenêtres en tiers-point toutes avec vitraux de la maison LOBIN de Tours.

La façade occidentale d’une grande simplicité, mais de belles proportions, comprend : un grand portail avec colonnes, chapiteaux et voussures, une rosace au niveau de la tribune et une petite fenêtre dans le pignon éclairant les combles. La façade est en totalité en pierre de taille.

A l’est le chœur est accompagné sur sa face nord par une grande sacristie et sur sa face sud par un clocher carré séparé du chœur par un couloir donnant accès de l’extérieur au transept.

Le clocher haut de 30 mètres est constitué en partie basse d’une tour aveugle sur environ 17 à 18 mètres. La chambre des cloches qui la surmonte est ouverte sur chaque face de deux baies en tiers-point avec abat-sons. Le tout est couronné d’une corniche à modillons simples sur laquelle repose la flèche en charpente.

Les quatre chaînes d’angle sont couronnées de pinacles de charpente couverts d’ardoise. Les faces de la flèche octogonale entre les pinacles sont ouvertes de lucarnes avec abat-sons.

A l’extérieur toutes les piles d’angle du bâtiment sont surmontées de pinacles pyramidaux en pierre avec leurs bases en mitres et surmontés de fleurons de pierre.
L’ensemble des piles, contreforts plats, corniches, arcs et encadrements de baies et portes sont en pierres de taille du Pays. Les murs sont en moellons hourdis au mortier de chaux.

La pierre en partie basse est assez souvent malade, soit de desquamation pulvérulente soit de feuilletage vertical surtout visible au pied du clocher comme si les pierres avaient été posées en délit. N’ayant rien constaté à l’intérieur il semblerait que l’on puisse exclure un éclatement par surcharge.
Le gros problème actuel est au niveau du clocher dont la couverture est en très mauvais état et évolue très rapidement surtout sur la face sud ouest.

Je ne suis jamais monté à la chambre des cloches mais je crains qu’une partie des dégâts ne soit due à un problème de beffroi.

En effet dans l’histoire de l’église on note que les cloches ont été mises en place fin avril 1858, elles étaient l’œuvre du fondeur parisien HILDEBRAND.

La plus grosse, Marie – Angèle, s’est fêlée en avril 1957. Refondue par les frères PACCARD d’Annecy - le - Vieux elle sera remise en place en janvier 1959. Elle n’aura hélas qu’une vie très courte à nouveau fêlée il a fallu la refondre voici peu d’années.

Je crains que le beffroi n’ait été scellé dans la tour entraînant de fortes vibrations au clocher et des dégâts à la grosse cloche.

Claude Raymond NOAILLES
Ingénieur des services culturels
et du Patrimoine en retraite.

août 2002

 La façade et le clocher furent rénovés en 2003. Mise en valeur avec éclairage et changement de coq au sommet du clocher...

Galerie photos Notre-Dame des Neiges

ND Neiges


Site Echo Paroissial Vitraux

voir "légende de Notre Dame des Neiges"

retour Histoire - retour Sommaire - retour Bourg/villages