Le général Augereau
 

Texte de Raoul Musu publié dans la plaquette « La quinzaine du souvenir 1939-1945 » - La Crèche 25 avril au 9 mai 2004

Raoul Jean Eugène AUGEREAU est né le 4 octobre 1889 à Chavagné où son père était instituteur. Il se destinait lui-même à cette profession et fut de la promotion des années 1906-1909 de l'Ecole Normale de Parthenay.
Dès sa sortie, il eut à effectuer son service militaire au 114ème Régiment d'Infanterie, puis à l'Ecole de Joinville, d'où il sortira major.
Préparant ensuite les E.O.R. à Blois, il termina son service au 125
ème Régiment d'Infanterie.
Revenu à la vie civile, il fut nommé instituteur à Mazières en Gâtine et s'y trouvait encore à la déclaration de guerre en 1914.

Immédiatement mobilisé comme Lieutenant au 25ème Bataillon de Chasseurs à Pied, il fut constamment au combat et grièvement blessé le 1er mars 1915 au cours d'une patrouille de nuit entre les lignes.
Atteint de trois balles dont l'une lui fracassa le fémur droit, il sortit onze mois plus tard de l'hôpital avec un raccourcissement de la jambe de près de cinq centimètres. Devenu inapte à l'Infanterie, il va servir dans l'Aviation comme pilote de chasse, avec le grade de capitaine.

A l'armistice, il était chef de pilotage à l'Ecole d'Istres, puis peu après Commandant de l'Ecole de Perfectionnement d'Etampes. Promu Colonel, il devint le chef de l'aviation militaire d'Indochine de 1934 à 1938. A son retour en France, avec le grade de Général, il fut affecté au Ministère des Colonies en qualité de Chef d'Etat-Major Général, fonction qu'il occupait lors de la déclaration de la Seconde Guerre Mondiale.

Chargé du commandement de l'Armée Aérienne du secteur de Sedan, il s'y trouvait lors de l'attaque ennemie. Participant à tous les combats, son unité fut bientôt décimée. Il rejoignit alors, après bien des difficultés, le poste de commandement du général Girault au Catelet, dans l'Aisne. En le voyant arriver à pied, le général Girault, surpris, lui cria : « Que venez-vous faire ici, dans de telles conditions, au lieu d'être au combat avec votre aviation ? ».
Tristement mais calmement, Augereau lui répondit : « Mon général, tous mes avions ont été détruits, tous mes pilotes sont morts ou hors de combat. Par miracle, j'en suis sorti et je viens me mettre à votre disposition pour continuer la lutte à vos côtés».
Bientôt attaqué et cerné, le poste de commandement se défendît de l'intérieur d'un immeuble et c'est alors qu'à son poste de combat, le 18 mai 1940, il fut atteint par une balle en plein front, le tuant sur le coup. Elle mettait fin à une vie remplie de courage et de gloire.

Le général Augereau était Commandeur de la Légion d'Honneur et titulaire de nombreuses décorations et citations à l'Ordre de l'Armée.

Le 18 mai 1952, une cérémonie, simple mais émouvante, se déroula au Catelet sur les lieux où tomba notre compatriote. Une plaque fut inaugurée, rappelant sa mémoire : « ICI EST TOMBÉ EN HÉROS LE GÉNÉRAL AUGEREAU LE 18 MAI 1940 »

Ses restes furent ramenés en Poitou. Il repose au cimetière de Fomperron, auprès des siens.



R. MUSU


retour Histoire - retour Sommaire